Courriers des lecteurs.trices

Anne-Lise Robert-Nicoud, habitante de Vernier réagit à l’article « Les Suisses ouverts à une taxe sur les billets d’avion«  (RTS info, 24.08.18) :

Il est réjouissant que les citoyens suisses réalisent enfin que la détérioration du climat nous concerne toutes et tous et que la décision de prendre l’avion plutôt que le train n’est pas anodine et a un important coût non seulement climatique, mais aussi humain (bruit, pollutions, santé). Il est effectivement urgent, comme le préconise Florian Brunner, de prendre acte dans une loi des problèmes que crée le trafic aérien, car il est en train de s’emballer et aucun garde-fou ne le retient.

A cet égard, la révision de la loi sur le CO2 intervient au bon moment pour refléter l’évolution des mentalités. Cette loi doit avaliser le principe d’une taxe substantielle sur les billets d’avion et d’une imposition du kérosène, et ceci à la hauteur de l’impact climatique et des nuisances engendrés par le trafic aérien. Il est grand temps que notre ministre des transports, qui est incidemment aussi notre ministre de la santé, prenne acte du fait que le développement durable et la qualité de vie des citoyens ne doivent pas être sacrifiés sur l’autel de l’économie.

Anne-Lise Robert-Nicoud