Courrier des lecteurs

Anne-Lise Robert-Nicoud, habitante de Vernier a réagi suite à la diffusion, le 25 janvier 2018 d’un Temps Présent consacré au « bruit qui rend fou »:


A propos de l’’émission Temps Présent du 25 janvier consacrée au bruit, j’aimerais revenir sur les propos tenus par M. Schneider, Directeur de l’aéroport de Genève, lorsqu’il dit (minutes 35’01’’-35’30’’, je cite) : (…) Et on a fortement réduit le trafic aérien après 10h (=22h). Pour tout ce qui se passe après 10h (=22h), on doit prendre des précautions supplémentaires. Nous envisageons aussi de limiter le type d’avion qui pourra encore venir à ces heures-là, en tout cas pour des gros porteurs, en imposant des types d’avion qui ont au fond beaucoup moins de bruit.

Je suis la personne de Vernier qui, à la minute 14’36’’, affirme que les vols de nuit sont en augmentation.

Alors, qui, de M. Schneider ou de moi-même, dit vrai ?

En s’appuyant sur les statistiques de l’aéroport et pour un reportage enregistré au printemps 2017, voici ce qu’on peut constater :
a) Entre ‘2016’ et ‘2017’, pour la période janvier à avril, l’augmentation des vols de nuit a été de 1,2 %.
b) À fin novembre 2017, l’augmentation des vols de nuit a été de 2% par rapport à 2016
.

Quant au ratio vols de nuit / vols de jour, il n’a pas cessé d’augmenter : en 2000, ce ratio était de 3,5% : en 2016, il était de 5,4%.

Alors, une diminution, vraiment ?

Par ailleurs, la précision « en tout cas pour les gros porteurs » suggère qu’il n’y aura pas de limitation pour les autres types de vols.

Quant à l’idée que les avions pourraient être choisis (cf. « nous envisageons ») moins bruyants au-delà de 22h, le site de l’ARAG permet à chacun de se faire une idée des pics de bruit engendrés aussi bien par les gros porteurs que par les avions low-cost aujourd’hui, après 22h00.

Finalement, il est regrettable que M. Schneider omette d’annoncer les conséquences que la fiche genevoise du PSIA (=Protocole réglant le trafic aérien à Genève jusqu’en 2030) aura sur les riverains. Cette fiche PSIA montre clairement aux pages 17,18 et 20 qu’il est prévu d’augmenter le trafic aérien , notamment de nuit, sur décision de l’Office Fédéral de l’Aviation Civile.

Aux pages 27-28 du PSIA (Explications) il est spécifié, que :
a) à moyen terme (2019), il y aura  7600 mouvements entre 22h00 à 23h00 et 3800 mouvements entre 23h00-24h00 (marge à 00h29 pour les retards), soit 11’400 en tout (contre 10’212 pour 2016)
b) à long terme (2030), il y aura 8’300 mouvements entre 22h00 et 23h00, et 3’300 mouvements entre 23h00 et 24h00 (en fait 00h29), soit un total de 11’600.

Il paraît évident que les propos de M. Schneider ne reflètent pas la réalité présente et qu’il omet d’annoncer la réalité à venir pour les riverains si le PSIA est adopté en l’état.

Je me devais d’apporter ces précisions pour que le débat soit équilibré et que chacun puisse se faire une opinion juste des faits et des enjeux liés au bruit aéroportuaire genevois.

Anne-Lise Robert-Nicoud